le coeur sur la main

méfiez vous des gens qui ont le coeur sur la main, comme ce n'est pas sa place, demandez vous ce qu'ils peuvent bien avoir à la place du coeur. P-J. Vaillant

j'ai eu un gros moment de lassitude récemment; mon énergie positive et enthousiaste partiellement drainée par une question touchant à mes instincts de survie. J'ai pourtant appris à traverser mes crises égotiques à bien des niveaux, cependant là cela touchait vraiment à quelque chose qui mettait ma vie en danger... enfin, c'est ce que je croyais. 

Tu sais? ça t'es sûrement aussi déjà arrivé... c'est par exemple quand la maladie "grave" frappe un proche et qu'il te semble devoir être totalement présente pour soulager ses souffrances; totalement au service de l'autre en t'oubliant complètement. Alors, dans ces moments là tu as beau savoir (parce que tu prends régulièrement l'avion) mentalement qu'il te faut mettre ton masque à oxygène avant d'aider la personne assise à côté de toi (surtout si c'est quelqu'un qui dépend de toi) et pourtant ton élan primitif, archaique est de foncer tête baissée pour AIDER.

Et c'est beau ce désir d'aider chez l'être humain, sauf que pour la plupart d'entre nous qui avons le coeur sur la main, c'est vraiment très difficile de poser nos limites de manière claire sans culpabilité. C'est à nous les "bisounours" que cela arrive, pas aux "vilaines sorcières qui volent nos maris", aux "arnaqueuses de service qui pensent fric fric fric", aux "manipulatrices méchantes" ou autres "accros de X,Y,Z"... non, c'est à nous les "gentilles filles" qui détestons les conflits (et qui du coup sommes régulièrement confrontées aux tourments), à nous les "bonnes poires" qui volons au secours de nos copines au moindre coup de fil alarmant, à nous les filles "spirituelles" qui acceptons d'être maltraitées parce que "quelque part ils ne savent pas ce qu'ils font, moi je suis au dessus de ça et je dois pardonner"... 

Que ce soit au niveau de la santé, des finances, du relationnel, du sexe ou de notre identité, nous les "filles bien comme il faut" manquons souvent drastiquement d'auto discipline quant à la manière de traverser ces épreuves de l'existence difficiles, qui semblent nous mettre en péril... oui souvent c'est vraiment comme si notre vie toute entière allait dépendre de cette croyance toxique dans le don inconditionnel : tu sers ton prochain et tout ira bien... eh bien non, c'est un grooooooos mensonge, laissant la plupart de celles qui y croient dans une pauvreté manifeste. J'en vois tellement de ces femmes au grand coeur, généreuses à souhait, défiler dans mon cabinet dans des états de fatigue ou souffrances extrêmes et elle me disent toutes "j'en peux plus, je vous en supplie aidez moi".

Alors bien évidemment, au début de ma pratique j'étais très heureuse de pouvoir ainsi servir à mon tour (évidemment j'avais le même conflit intérieur qu'elles), seulement voilà au bout d'un moment j'ai réalisé que je leur ôtais un bien précieux : leur capacité à s'appuyer sur leur pouvoir, plutôt que sur leur service inconditionnel qui drainait toute leur énergie. Je l'ai réalisé, parce que petit à petit, j'avais moi-même de moins en moins d'énergie, fait un burn-out et réduit mon temps de travail, vidant ainsi petit à petit mon compte bancaire. Mais bon sang, comment allais-je pouvoir aider mes clientes alors que je n'avais même pas de quoi m'aider moi-même? 

Et c'est là que je me suis dit "Annette c'est juste impensable, que ces femmes magnifiques servent juste un mari tyran, un enfant handicapé, une mère malade, en les faisant passer avant elle-mêmes" et "où, à quel moment, ont-elles abandonné leur lien à leur pouvoir?" et je me suis dit "Annette c'est juste impensable que toi, thérapeute reconnue, serve des clientes tyraniques, "handicapées de la vie", vampirisantes. Comment peux tu servir des femmes qui font du tourisme thérapeutique, toujours mécontentes et qui attendent de toi un miracle de guérison sans rien faire elles-mêmes?". L'épiphanie; j'ai subitement eu un éclair de conscience à cette époque qui disait ceci "Annette tu es une accompagnatrice au changement, une "coach naturelle et diplômée", tu es là pour les femmes qui ont perdu leur pouvoir en route parce qu'elles ont, comme toi à l'époque, le coeur sur la main, et tu es là pour les servir elles... leur permettre de remettre leur coeur là où il est sensé se trouver, bien en place au centre de leur être afin qu'elles puissent servir en puissance et non complètement exténuées au bout du chemin. Qu'elles en soient conscientes ou non, tu es là pour leur en faire prendre conscience et les aider si elles le choisissent. Arrête donc la thérapie, les malades qui viennent pour des conseils, des remèdes miracles, tes soins énergétiques et tes dons de guérison, c'est du passé... ils te drainent ta précieuse énergie d'entraide sincère et authentique. Laisse donc les Caliméro et occupe toi d'abord de ton propre masque à oxygène, celui qui te permet d'être inspirée par les femmes qui viennent te voir, qui te motivent, qui sont sur la même longueur d'ondes, même si elles l'ignorent encore ou qu'elles ignorent comment servir au mieux sans s'oublier elle-mêmes". 

C'était l'année passée; depuis j'ai changé le nom de mon site internet, j'ai animé des ateliers autour de ce qui montre aux femmes sur quoi elles peuvent s'appuyer. Nous sommes des femmes, il y a des manières tout à fait féminines d'être puissante... c'est tout sauf être calée sur le modèle masculin comme on nous l'a montré depuis que nous sommes petites. Les féministes ont fait du bon travail, je leur en suis très reconnaissante, seulement voilà, c'est un mouvement qui a lutté pour nous en oubliant justement les armes qui font de nous les femmes des êtres puissantes toutes en douceur. 

Et si toi aussi tu es une "gentille fille" qui a le coeur sur la main et qui as l'impression de se faire abuser régulièrement et qui dit "oh ben c'est pas trop grave" ou "ah ben ma foi c'est comme ça, c'est mon destin", ou "c'est Dieu qui l'a voulu", ou "ah ben j'y peux rien, c'est un mauvais moment à passer" ou qui laisse son patron, son mari, ses fils dicter le rythme de son existence (tout en les aimant, les pauvres ils ont besoin de nous) ou encore que tu te rends à toutes les oeuvres de charité, cuisines pour ta paroisse, ton club de sport et fais deux gateaux pour la vente de pâtisseries de ta fille (au cas où une autre maman n'aurait pas eu le temps)... eh bien contacte moi et on en parle. Je t'assure, toi aussi tu as la capacité à rester au service des autres sans t'oublier.

Représenter le féminin dans sa brillance, son amour, son empathie, sa bienveillance en utilisant les armes du féminin tout en aimant profondément le masculin puissant (attention "puissance" et "force" sont deux énergies très différentes... la puissance donne de l'énergie là où la force crée des résistances) est ma mission d'âme et j'en ai fait mon affaire... Et toi? 

Généreuses salutations,
Annette

Rendez-vous sur Hellocoton !

Newsletter