marcher sur mon chemin

tu sais que tu es sur le bon chemin lorsque regarder en arrière ne t'intéresse plus. Auteur inconnu

en tant que femmes sur le chemin d'une vie de plus en plus consciente, nous nous posons régulièrement cette fameuse question "suis-je sur le bon chemin?", "suis-je alignée en moi entre l'appel de mon âme et les actions de mon corps?", "est ce que je vais bien dans la bonne direction?"

Pour peu qu'on puisse suivre un "bon" chemin sans juger du coup d'un "mauvais" chemin, je propose de prendre le mot "bon" comme étant "quelque chose de bon pour moi". Quand je dis que quelque chose est bon, je le sens à l'intérieur de moi : c'est doux, ça a bon goût, c'est harmonieux, plein, enthousiasmant et porteur... c'est comme si j'avais très peu d'efforts à faire, peu d'actions à entreprendre pour que le prochain pas posé soit léger.

Il y a des pas qui sont lourds, d'autres tout légers, d'autres encore pressés et certains même impossibles à poser. Parfois nos pieds gambadent, de temps en temps ils vont tranquillement et souvent ils sont "plombés"  ou posés par habitude sans vraiment réaliser qu'un obstacle se trouve là, juste devant soi, jusqu'au jour ou on se le prend en pleine figure... forçant un arrêt plus ou moins brutal de notre avancée. 

En gros, y a-t-il vraiment un seul bon chemin, ou sont-ils tous bons puisqu'ils amènent tous à "Rome"? et se pourrait-t-il qu' "ETRE en chemin" se suffit à soi-même?

C'est vrai quoi, essaie de questionner les femmes autour de toi et tu verras que toutes te diront la même chose "ah ben c'est tel et tel obstacle, telle et telle souffrance, qui m'a amenée là où j'en suis aujourd'hui"... et c'est là que tu reconnais celles qui cherchent à aller à "Rome" et celles qui se laissent déperrir en bordure de route. 
De temps en temps dans nos rencontres, il arrive qu'une femme ait choisi de "suivre son coeur" de manière complètement pleine; partant de son enthousiasme, de son abondance et de sa plénitude reconnue en elle, elle parcourt le monde libre comme l'air (avec ou sans chéri, avec ou sans enfants, avec ou sans biens matériels, avec ou sans...). Ce sont des rencontres rarissimes; la plupart d'entre nous trimballons nos manques de chemin d'ignorance en chemin d'ignorance, et nous nous "tapons" des murs encore et encore. 

Alors, c'est comme ça, et c'est tout. Cela ne fait pas de moi une "mauvaise" personne, une "écervelée", une "lunatique désagréable", une "révoltée", une "militante de la cause X ou Y".
Non, celà fait de moi une femme qui expérimente la vie au gré de ses pas, car ce n'est pas tant la destination qui compte mais le chemin. 

Comment est ce que je pose mes pas? est ce que je suis suffisamment vigilante? est ce que je vois l'obstacle puis utilise mes facultés d'analyse pour décider du prochain pas à poser? est ce que je suis suffisamment liée à mon intuition pour sentir si je suis en sécurité lors du prochain balancement en avant de mon être? est ce que je me sens bien, le coeur joyeux lorsque je choisis la direction à un carrefour de ma vie? suis je suffisamment pleine de moi-même et ai-je suffisamment confiance dans l'autre pour accepter que deux chemins puissent se séparer ou se rejoindre (oui nos enfants aussi)? suis-je PLEINE DE MOI, diffusant ma joie de vivre qui parfois réchauffe autrui? 

Pleine de soi signifie savoir à quel moment je déborde et à quel moment je me vide... c'est parcourir le chemin de Vie de manière tellement enthousiaste que les murs se transforment en murets sous nos yeux. C'est se sentir tellement pleine qu'il est impossible à garder pour soi, de manière égoîste... même si d'autres qui cheminent ailleurs peuvent te voir complètement égocentrée (souvent c'est parce qu'ils ont besoin de toi pour briller; ce qui est un manque chez eux, pas chez toi). Le regard que portent les autres sur notre chemin a finalement peu d'importance tant que nous restons dans le mouvement fluide et joyeux de notre élan vital. L'expression de cette énergie est unique à chacune, mais nous nous retrouverons toutes à "Rome", ça c'est sûr.

Ci-dessous tu trouves une vidéo "ma (R)évolution intérieure, avec Marguerite Kardoz" tirée d'une série de vidéos proposées par le mouvement colibris, créé sous l'impulsion (énergie diffusante) de Pierre Rabhi. Ce mouvement est inspiré par une légende dans laquelle on comprend que "chacune fait sa part" et comme pour toute respiration, propose d'expirer à son tour en agissant (tu trouves le lien vers leur page plus bas).

à tes (R)évolutions intérieures
cordialement,
Annette

 

je diffuse avec joie  et enthousiasme.
inviteras tu des amies à venir nous rejoindre pour diffuser le message à ton tour? 

l'espace de commentaires ci-dessous est à ta disposition également pour participer à ta manière

Newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *